Suivez Krystal sur facebook

croquis sur le motif

Hattonchatel, plutôt deux fois qu'une !

Comme je ne me déplace pas sans mon "kit de survie de peintre", il m'arrive fréquemment de m'arrêter à l'improviste là où le paysage m'interpelle, que ce soit un petit quart d'heure pour croquer un détail, ou pour une vraie séance en plein air. En général, ces croquis finissent souvent reliés dans des carnets de voyage ou des journaux intimes, si tant est que les déplacements soient liés à des événements de ma vie dont je consigne le souvenir.


 



Hattonchatel est un joli village médiéval à flanc de colline, dans le parc régional de Lorraine, dont le château se voit depuis la plaine, émergeant des bouquets d'arbres. Les coteaux bien exposés permettent la culture de vignes et un cru meusien qui se défend. Chaque année s'y donne une fête médiévale, qui ne dépareille pas ces murs.

Hattonchatel comparaison
Il est rare que je reprenne une peinture deux fois. Mais pour la peinture en plein air, ça peut s'avérer différent. Il m'arrive en effet de revenir exactement au même spot, et de refaire le même cadrage par un autre temps, ou une autre saison. La différence de lumière et l'humeur du moment peuvent tous deux influer sur le résultat. Ainsi que sur ces deux croquis d'Hattonchatel fait à quelques semaines de différence.

Publié le 12/04/2018 dans Carnets d'Art et peintures sur le motif

Tags : Aquarelle croquis sur le motif

Partager cet article sur facebook

Entre deux morceaux...

"Le peintre Watteau avait plus de plaisir à voir un violon qu'à l'entendre.", Ridicule, Patrice Leconte 1996


 



Moi, j'aime l'entendre, j'aime en jouer, j'aime le peindre...



 


L'étude "à l'improvisade" faite avant... d'y faire mes gammes... a été débutée sur un grand bloc Moulin du coq, à l'aquarelle. Recadré, il fait environ 21 x 26 cm. Sans vouloir casser le romantisme, les fleurs ne sont pas des vraies. J'en ai toujours quelques belles imitations dans mon fourre tout, pour servir mes compositions en peinture.


 
Ma façon de faire honneur à un instrument qui peut être sublime dans les mains d'un bon musicien, tirer les larmes ou faire jaillir le rire, et qui est aussi d'une transcendante beauté à la vue...

Publié le 17/03/2018 dans Carnets d'Art et peintures sur le motif

Tags : croquis sur le motif

Partager cet article sur facebook

Peindre dans le noir

Peindre dans le noir à peu près absolu ? C'est possible...
Vous vous demandez peut-être l'intérêt de la manoeuvre, mais parfois, on y est forcé : l'exemple type, c'est le concert.


Dernièrement, je me suis rendue à un concert de Jazz manouch, le Nitcho Reinhardt Trio. Nous étions placés tout au fond et dans le noir presque total. J'entrevoyais à peine ce que j'avais sur ma feuille pour le placement, mais il m'aurait été impossible de voir le détail de ma palette. J'ai procédé à cette petite peinture in vivo "en aveugle". Pas de dessin à la base (je n'aurais pas réussi à retrouver mes traits dans l'obscurité). C'est donc fait directement en peinture.


jazz manouch


Comment est-ce possible ?
Eh bien avec les années, j'ai développé une palette que j'ai longtemps réfléchie, notamment pour mes cours, et qui s'avère très structurée.
J'en suis arrivée à un équilibre difficile à obtenir pour garantir plusieurs paramètres :

- Les couleurs sont toutes monopigmentaires à l'exception de ce qui me tient lieu de noir.
- En dehors du noir, elles sont toutes sont très lumineuses, même si en masse, on ne s'en rend pas bien compte.
- Elles sont disposées dans un ordre chromatique dont certains axes sont fixes : deux axes (à angle droit) sont des complémentaires parfaites.


palette aquarelle


Mais surtout, je les dispose selon une orientation fixe : Je place à 12 heure ce qui me sert de noir. L'axe 1h-6h est le couple jaune-violet, sur l'axe 2h-7h, le magenta-vert et sur l'axe 11h-5h, le mélange bleu -orange. Ces axes constituent mes primaires et secondaires.
Ainsi, je peux aller chercher mes couleurs en aveugle, comme un musicien dont les doigts vont chercher les notes sur l'instrument sans le recours de la vue.

Même s'il est rare de peindre dans le noir, la connaissance de sa palette et surtout son "orientation" fixe rend son utilisation quasi instinctive. Avec un peu de pratique, le pinceau trouve les couleurs tout seul !

Publié le 05/02/2018 dans Matériel et organisation

Tags : Comprendre la couleur croquis sur le motif

Partager cet article sur facebook