Suivez Krystal sur facebook

Derniers articles

Un père comblé...

Non, je ne lâche jamais mes crayons. Pas même après mon accouchement. Je dirais même, encore moins après mon accouchement : quand le dessin est pour moi quelque chose de vital, quelque chose de profondément relié à mon affect, à ma façon de vivre le monde, de communier avec les autres, y avait-il plus beau moment pour prendre mon crayon que celui-ci ?


BabyPai
Ma fille avait deux jours quand j'ai fait ce précieux croquis d'elle dans les bras de son père ému, depuis mon lit de maternité. Un moment puissant et chargé d'émotions dont le souvenir s'est fixé avec le graphite...

Publié le 17/06/2018 dans Carnets d'Art et peintures sur le motif

Tags : Journal Intime

Partager cet article sur facebook

Lâcher prise

Les bois de cerf qui font de cette déité une sorte d'androgyne sacré me fascine. Ils reviennent régulièrement dans mes errances picturales.


Dsk071 poursuivi


C'est ainsi que ce petit croquis est né en un rien de temps et dans un total lâcher prise.
Voici comment c'est arrivé :


Il traînait un bout de papier sur mon bureau. Dans la journée, j'avais étudié le squelette d'un lapin sur une face. Mais là, l'autre face était tournée vers moi, immaculée...J'ai commencé à y tracer une silhouette féminine. D'abord par pur plaisir de camper une pose par l'imaginaire, avec une anatomie correcte. Puis j'ai griffonné avec quelques crayons de couleur pour trouver une lumière


 shamane rousse



Des bois de cerf se sont ajoutés... (encooore ??!... eh oui, encore... Mais quelle importance ? C'était un bidouillage sur un coin de feuille, avant de me coucher ! - pas d'enjeu, donc pas de censure)


Mais la lumière ne semblait pas vraiment prendre vie, avec le fond blanc. Alors, j'ai déposé un contraste de vert avec un fond d'aquarelle.
Et en regardant le résultat, sentiment de platitude : il manquait d'une touche vive... Et là, des taches rouges (des coquelicots ?) sont apparus, puis on grimpé sur la robe dans des motifs abstraits. Le croquis s'en est trouvé ravivé.
J'en suis restée là et une nuit est passée dessus.

Ce matin, j'en ai fait une photo, sans autre intention que vous montrer comment ça se passe dans la caboche d'un artiste. Mais ce sentiment de manque continuait à m'habiter en le regardant. Alors sur la base même de la photo, j'ai repris au stylet quelques touches de lumière, agrandi les bois que je voulais plus massif, approfondi les contrastes, trituré, bidouillé, quelques minutes, pas plus. Et voilà...


Ce n'est peut-être pas l'idée du siècle, mais je me réjouis du cadeau que nous fait parfois l'abandon à l'instinct. Ce croquis imaginaire, totalement libéré, donnera peut-être un jour une peinture, qui sait...


 

Publié le 13/06/2018 dans Croquis imaginaire du jour

Partager cet article sur facebook

Daily Painting, de Carol Marine

Il y a quelques années, constatant que j'avais du mal à faire vraiment démarrer mon activité, que je rencontrais des embûches dans l'édition (problèmes de droits, blocages administratifs, ...), j'ai vécu une période de découragement. C'est à peu près à ce moment que j'ai fait l'acquisition d'un des livres de ma bibliothèque d'Art parmi les plus optimistes.


daily painting


Daily Painting de Carol Marine ne parle pas seulement de la naissance du mouvement "daily painting" (peindre quotidiennement), ni ne se cantonne à énumérer des conseils techniques (quoiqu'ils se lisent sans déplaisir). Mais avant tout, le livre est porteur d'un message enthousiaste pour tous les artistes -et ils sont nombreux- qui passent une phase à vide. Ce livre est un "must have" pour rebooster l'artiste victime d'un blocage.


daily painting 2


Le principe du daily painting, c'est de se donner pour but de faire tous les jours une peinture différente. Alors bien sûr, il s'agit le plus souvent de tout petit format (15 x 15 cm ou 20 x 20 cm) et rarement de technique hyper léchée. Mais au contraire, l'abord alla prima, économe de moyens, donne un vrai dynamisme à ces petits images. En outre, la multiplicité des expériences permet un vrai renouvellement technique et des prises de risques (car quel risque véritable y a-t-il à tester du neuf sur une image qui ne mobilise qu'un seul jour ?).


Aussi le peintre qui s'y lance voit il sa technique s'améliorer grandement et dépasser les blocages causés par des doutes existentiels, ou des pannes d'inspiration.

Publié le 10/06/2018 dans Divers

Tags : bibliothèque d'art et critiques d'ouvrages

Partager cet article sur facebook

Un set un peu fou pour une photo souvenir...

J'ai donné à ma fille un prénom Maori et il m'a semblé naturel, quand elle a atteint l'âge d'être ma complice dans des créations artistiques, de faire d'elle un portrait en Maori.



Sur cette photo behind the scene mon petit modèle en costume traditionnel est dirigé sur le set par son papa, pour lui permettre de surmonter l'appréhension de l'objectif au moment de la prise de vues définitives.
Et le set, parlons en : car pour réaliser ce que j'avais en tête, je n'ai pas badiné sur les moyens !


set


Tout d'abord, j'ai fait venir du bout du monde des coquillages qui pouvaient correspondre à ce que l'on trouve en Nouvel Zélande ainsi qu'un costume véritable. Et j'ai emporté plusieurs kilo de sable que j'ai répandu sur le plancher d'une pièce aveugle de mon domicile (pour le plus grand plaisir de mon petit modèle).
La séance a donné lieu à plusieurs portraits, mais je souhaitais surtout réaliser un montage en m'appuyant sur ce premier plan créé en studio.


 Foam rec


Ce cliché a trouvé sa place dans un album souvenir, bien sûr. Mais j'espère que le souvenir le plus vif, pour ma fille, sera celui de ce montage éphémère et insolite d'un bac à sable dans la maison.


---
*IMPORTANT* Pour cette photo, qui est avant tout pour notre jouissance personnelle, j'ai utilisé un paysage qui n'est pas ma création, puisé dans un stock de fonds d'écrans que je possédais. Je n'en connais pas l'auteur hélas, mais suis prête à lui rendre crédit s'il se manifeste.


*IMPORTANT* For this picture, which was made for a personnal use, I chose a seascape that could match my studio photo in a bunch of wallpapers. This seascape is not my creation but I don't know the name of the author. If you recognise your picture behind, please let me know your name, so that I can give you your rightful credit (or let me know if you want me to discard this article).

Publié le 05/06/2018 dans Photo

Tags : Matériel et organisation Photographie

Partager cet article sur facebook

Remarquable !

Il faudrait plutôt écire "reMarkable", et c'est un jeu de mot sur l'anglais avec "qui se remarque" et "que l'on peut marquer à nouveau".


La reMarkable, c'est une sorte de tablette ou plutôt de liseuse (donc pas d'écran bleu, ni rétroéclairée), mais sur laquelle on peut écrire à l'aide d'un stylet, aussi naturel en main et réactif qu'un stylo réel.


Kernunos sur ReMarkable


 On peut enregistrer plusieurs "carnets" différents, et elle se montre idéale là où l'on utilise ordinairement du papier brouillon. Plus proche du papier que n'importe quelle tablette, et extra fine pour transporter partout, elle ne désarçonnera pas les dessinateurs, habitués à avoir sur eux un carnet. Elle sera aussi pleinement satisfaisante pour ceux qui continuent à prendre plein de notes à la main.


Sortie après financement participatif sur kickstarter, en fin d'année dernière, elle a rejoint mes quelques outils modernes dans ma pratique quotidienne. Par exemple, pour faire les premières ébauches des dessins qui me courent en tête, avant l'étape où ils sont raffinés (ci-dessus une idée pour une peinture de Kernunos avant affinage sur papier réel). J'y ai également fait un carnet pour mes prises de notes sur les idées d'histoires ou de roman que je peux ouvrir n'importe où n'importe quand, et même, grâce aux templates qui peuvent éditer lignes ou portées, j'ai un carnet de compositions musicales à l'oeuvre !


Dans les prochaines années, on peut espérer que la reMarkable fera évoluer son crayon de papier pour qu'il soit plus sensible à la pression, transformant en "crayon de papier" ce qui pour le moment, se comporte plutôt comme une sorte de stylo bille avec grain.


En attendant, pour tous ceux qui ne peuvent pas se passer de papier, en dépit de l'avancée technologique, mais sont aussi dans des préoccupations écologiques, la reMarkable est une petite merveille, qui risque de se démocratiser rapidement.

Publié le 01/06/2018 dans Matériel et organisation

Tags : Croquis imaginaire du jour Le coin des Geeks

Partager cet article sur facebook